Comment punir (lorsque c’est nécessaire) la femme que vous aimez

Comment punir (lorsque c’est nécessaire) la femme que vous aimez

Je ne suis pas l'auteur de ce texte, qui circule depuis des années sur Internet. Je n'ai fait que le traduire et lui adjoindre une introduction.

Introduction

Si de nombreux couples souhaitent placer leur relation sous le signe de la discipline domestique, y parvenir nécessite détermination et persévérance. Si vous êtes décidés à vous lancer, les 16 règles ci-dessous devraient vous aider à partir sur de bonnes bases.

Les 16 règles

1. La première et la plus importante des règles : établissez bien la différence entre les fessées punitives et les fessées récréatives. Elle ne devrait pas avoir à se demander si elle est en train d'être punie. Si elle se le demande, devenez plus dur, devenez plus strict et fessez plus fort !

2. Définissez les règles auxquelles elle devra se conformer. Si elle ne sait pas ce qui vous semble bien ou mal, les punitions sembleront arbitraires. Elle continuera de "mal se conduire" tant qu'elle ne saura pas clairement comment "bien se conduire" !

3. Exigez qu'elle s'adresse à vous de manière respectueuse. Faites-lui savoir que les cris et les insultes la conduiront sur vos genoux.

4. Faites du temps passé "au coin" une phase importante de la punition. Envoyez-la au coin pour penser aux raisons qui l'ont conduite à être punie. Ne la laissez pas masser son fessier douloureux. Laissez-la au coin pendant au moins cinq minutes. Si vous êtes vraiment énervé, envoyez la au coin avant la fessée de manière à avoir le temps de vous calmer. L'attente aura aussi l'avantage de lui faire regretter encore plus son comportement.

5. L'attente est importante. Si vous constatez qu'elle s'est mal comportée, et qu'elle n'est pas à la maison, appelez-la à son travail et expliquez-lui ce que vous avez découvert. Puis expliquez-lui en détail la punition que cela va lui valoir. Par exemple, ne dites pas : « J'ai le relevé de carte-bancaire, tu vas y avoir droit en rentrant. » Mais dites plutôt : « J'ai le relevé de carte bancaire. Je suis désappointé par l'irresponsabilité dont tu as fait preuve. Quand tu rentreras à la maison, je vais baisser ta culotte et te donner une fessée cul-nu avec la brosse. Quand j'en aurais fini avec toi, tu y réfléchiras à deux fois avant d'agir d'une manière aussi inconsidérée. Est-ce que je me suis bien fait comprendre ? » Elle commencera à sentir son fessier chauffer avant même d'avoir raccroché le téléphone.

6. Si elle est à la maison et que vous n'y êtes pas, appelez-la et dites la même chose. Puis ajoutez une corvée. Par exemple : « J'ai le relevé de carte bancaire. Je suis désappointé par l'irresponsabilité dont tu as fait preuve. Quand je rentrerai à la maison, la cuisine doit être nettoyée et tu devras être prête à ce que je baisse ta culotte pour te donner une grosse fessée cul-nu à la brosse. Quand j'en aurais fini avec toi, tu y penseras à deux fois avant d'agir d'une manière aussi inconsidérée. Est-ce que je me suis bien fait comprendre ? »

7. Si elle se conduit mal en public, n'ayez pas peur de lui présenter un ultimatum sur le moment-même. Utilisez votre bon-sens pour saisir la meilleure occasion. Il n'y a aucune situation où il soit inappropriée de la saisir fermement par le bras en lui murmurant qu'elle sera punie si elle continue à se conduire de la sorte.

8. Si vous n'êtes entourés que par des gens que vous connaissez, avertissez-la à haute voix, et sans paraître embarrassé. Par exemple : vous êtes dans un bar avec des amis et elle boit trop. « Pas un verre de plus, mademoiselle, ou nous pouvons rentrer à la maison pour discuter de votre comportement de manière plus approfondie ! » Elle et vos amis saisiront parfaitement ce que cela signifie.

9. Quand vous êtes en public, la meilleure solution est de toute évidence de reporter la punition à un moment où vous serez en privé. Cependant, si après des avertissements répétés elle continue à vous désobéir, les circonstances appellent à un mode d'action plus direct. N'ayez pas peur de l'escorter en dehors d'un magasin ou d'un restaurant pour une rapide correction. Vous serez surpris de constater que dix claques rapides sur un parking sont aussi ou même plus efficaces qu'une séance sur vos genoux cul-nu de trente minutes à la maison.

10. Quand arrive le moment de lui administrer une fessée qu'elle a bien cherchée, faites-en une sorte de rituel. Envoyez-la chercher la brosse, le paddle, ou quoi que ce soit. Faites-la se tourner et baisser sa culotte. Demandez-lui d'expliquer pourquoi elle mérite la fessée. Demandez-lui des excuses. Demandez-lui de venir d'elle-même se coucher en travers de vos genoux. Alors donnez-lui la fessée.

11. Quand elle reçoit une fessée de ce type, ce qui devrait être le cas le plus fréquent, vous devez passer suffisamment de temps à rougir ses fesses. Ne lui donnez pas un petit nombre de claques très fortes. Donnez-lui plutôt un grand nombre de claques moyennes ou fortes. Variez l'intensité et la fréquence de manière à couvrir la totalité de la surface de son fessier et du haut de ses cuisses. Assurez-vous que la correction dure un certain temps. Même si c'est très dur pour vous de voir la femme que vous aimez souffrir, il est essentiel que, à la fin d'une fessée de ce type, elle soit en larmes. Si elle ne l'est pas, il vous faut continuer plus longtemps ou frapper plus fort. Vous vous sentirez mal, mais pas elle. Elle sentira qu'on l'aime et qu'on s'occupe d'elle. Envoyez-la ensuite au coin.

12. Le moment qui suit son passage au coin est le plus important de toute punition. Dites-lui qu'elle est pardonnée, faites-lui des câlins et embrassez-la, serrez-la contre vous jusqu'à ce qu'elle cesse de pleurer. Dites-lui à quel point point vous l'aimez. Puis demandez-lui d'expliquer la leçon qu'elle a tiré de sa punition.

13. Fessez-la à la main la plupart du temps. N'utilisez un instrument que si elle s'est vraiment mal comportée.

14. Ajoutez d'autres types de punitions à la fessée. Après dîner, envoyez la prendre sa douche et se préparer à aller au lit. Donnez lui alors la fessée puis envoyez la au lit. Même s'il est 19h30. Vous pouvez également lui assigner des corvées supplémentaires ou la contraindre à rentrer directement à la maison après le travail sans sortir avec ses amies pendant une semaine. Privez-la d'ordinateur. Tout ce qui vous semblera approprié. Cela peut vous sembler futile, mais cela permet de rappeler qui détient le contrôle dans votre relation.

15. Donnez-lui un avertissement. Après cela, entrez en action. Si vous ne le faites pas, elle testera toujours vos limites.

16. Ne tolérez aucune des choses suivantes :
• crier
• insulter
• désobéir
• dépenser trop
• boire trop
• négliger les taches quotidiennes du foyer (mais ce n'est pas à elle de tout faire !)
• amendes pour excès de vitesse
• accidents de voiture
• tenue inappropriée
• secrets
• rentrer tard sans avoir prévenu

Conclusion

Si vous suivez ces suggestions, vous aurez une femme ou une petite amie qui se comporte bien, un lien plus fort qui vous unit, une vie sexuelle plus épanouie, et une relation ou un mariage plus heureux.

11 Comments

  1. Spéciale dédicace à mademoiselle @marypop 😉

  2. Oh merci ! J’adore ce texte

  3. Très inspirant cet article !

  4. Vlad, nous sommes d’accord ?

    • Je crois que cette présentation est vraiment très réussie. Rien ne manque. Et surtout rien n’est allusif à une relation de domination/ soumission. La fessee pour la fessee ne peut être la base pour une union amoureuse réussie.

    • Je crois que cette présentation est vraiment très réussie. Rien ne manque. Et surtout rien n’est allusif à une relation de domination/ soumission. Ce n’est pas une perversion sexuelle !

  5. Je suis d’accord avec l’essentiel de ce texte, mais n’ai jamais mis en pratique le point 7. Ma partenaire était l’une de ces vilaines têtues qui font exprès de mal se comporter pour m’obliger a la punir et a le lui dire en public – ce que j’ai toujours répugne a faire. (désolé pour les accents manquants, clavier anglo-saxon)

  6. Un article qui va beaucoup aider mon fiancé qui est souvent trop laxiste car il ne supporte pas de me voir pleurer ! Merci !

  7. Je suis également d’accord avec l’essentiel… sauf la nécessité de voir sa partenaire en larmes. Je n’aime pas voir une femme pleurer. Ca me met mal à l’aise. Mais, beaucoup de femmes savent serrer les dents en supporter la punition sans pleurer !

  8. Intéressant point de vue. Le point 11 me semble essentiel pour une fessée disciplinaire, qui n’en doit pas être brutale mais durer longtemps afin de bien porter ses fruits.

  9. Mmm…..un texte que j aime bien en effet.

Leave a Reply