Comment faire aimer la fessée à votre compagne ?

Comment faire aimer la fessée à votre compagne ?

Cet article est issu du blog Les errances d'Amandine, tenu par Amandine. Il est reproduit ici avec l'aimable autorisation de son auteur. Les photos illustrant cet article sont signées Alisa Verner.

Si vous avez en vous le fantasme de la fessée, vous vous êtes sans doute demandé, à un moment ou à un autre, comment l'introduire auprès de votre compagne. Sauf à avoir rencontré votre amour dans le milieu de la fessée, bien évidemment, mais cela demeure extrêmement rare...

Alors comment peut-on s'y prendre sans risquer de mettre son couple en danger ? Jaqueline Omerta, psychologue spécialisée dans le fétichisme et présidente de la société de production Pacific Force (dont elle assure l'authenticité des scénarios vis-à-vis du fétichisme de la fessée) a établi une méthode qui, d'après elle, marche à tous les coups ! Cette miraculeuse méthode est très bien décrite ici, sur le site The Spanker’s Office.

Personnellement, je ne saurais vous dire si cette méthode est réellement efficace puisque personne n'a jamais eu à l’appliquer avec moi…
Je ne pense pas non plus qu'elle puisse être transposée dans le cadre où la demande viendrait de la personne qui souhaite recevoir la fessée, puisqu'il faudrait alors convaincre le partenaire de prendre activement les choses mains... ce qui me parait quand même beaucoup plus difficile !

Mais je pense néanmoins qu'il y a beaucoup de bon sens dans les propos de J. Omerta et qu'il y a certainement du bon dans sa méthode. Alors voici, grosso modo, ce que j'en ai retenu.

Avant toute chose, votre partenaire doit vous aimer autant que vous l'aimez. Cela peut paraître bêtement évident, mais tant que l'envie de faire plaisir à l'autre encore plus qu'à soi-même est présente (ce qui est normalement le cas lorsque l'on est amoureux) et tant que vous vous y prenez en douceur, il n'y a aucune raison que les choses se passent mal. Si votre compagne n'est pas née, comme vous, avec ce fantasme ancré en elle, elle n'en deviendra pas moins une partenaire de jeu enthousiaste, ravie de vous faire plaisir.

La deuxième condition est que vous soyez très à l'aise avec votre amour de la fessée. Vous ne devez ressentir aucune honte ou gêne à aimer donner la fessée. Pour vous, il doit être clairement établi qu'il s'agit uniquement d'un geste d'amour, qui doit procurer beaucoup de plaisir à l'un comme à l'autre. Si vous n'en êtes pas persuadé, comment pourriez-vous en convaincre votre compagne ? Votre attitude est donc cruciale dans la transmission du message. Vous devrez toujours parler de la fessée avec enthousiasme, comme quelque chose qui vous excite et qu'elle va adorer !

Pour J. Omerta, ce niveau de confiance en soi ne peut être atteint sans une certaine expérience de la fessée. Elle conseille donc à ceux qui n'en ont pas de s'adresser à des professionnel(le)s, et de tester les deux facettes du jeu (donner et recevoir) afin d'en comprendre toutes les subtilités. En France, je ne crois pas qu'il en existe. Alors messieurs, vous devrez faire preuve d'une grande confiance en vous… naturellement acquise ! Vous pouvez cependant tester la chose par le biais de forums de rencontres, petites annonces, etc… Mais personnellement, je ne suis pas sûre que cela soit vraiment nécessaire. Les premières fessées que vous donnerez à votre compagne devront être légères afin qu'elles ne soient que pur plaisir. Et avec un peu de bon sens et beaucoup de caresses, cela ne me semble pas si compliqué que ça...

Ensuite, la clé du succès de la méthode Omerta réside dans le jeu de rôle et en ce sens, je trouve cette méthode assez intéressante. Proposer, de but en blanc, une fessée à sa compagne peut heurter sa morale. Pourquoi veut-il me punir et comment pense-t-il en avoir le droit ? Placer la fessée dans un jeu de pure fiction, où chacun tient un rôle complètement imaginaire, ce n'est plus le mari qui corrige sa femme mais deux personnages qui expérimentent, sans inhibition, de nouvelles sensations pour leur plus grand plaisir à tous les deux.
J’avoue que, n'étant pas trop fan des jeux de rôle moi-même, je n'y aurais pas pensé et pourtant cela me semble réellement une bonne idée.

Mais attention, vous ne devez pas choisir n’importe quel scénario pour votre pièce de théâtre. Dans le monde imaginaire que vous allez construire, la fessée doit être donnée avec amour et bienveillance, pour le plus grand bienfait de la personne punie. Cela peut être, par exemple, un professeur qui punit son élève parce qu'elle ne travaille plus et qu'elle risque de se faire renvoyer ou de louper ses examens. Par ailleurs, la fessée donnée doit être légère et érotique. Pas question de discipline ! Le but est que votre compagne réalise à quel point la fessée peut donner du plaisir. Elle doit donc être donnée dans un contexte doux, et si possible très amusant (femme qui rit...).

Lorsque vous allongez votre compagne sur vos genoux, vous ne devez cesser de lui dire à quel point elle est belle et ses fesses merveilleuses, émerveillez-vous sur sa culotte, etc… de manière à la conduire à érotiser fortement cette partie de son anatomie.

Bon, en toute franchise, la méthode prônée par J. Omerta n’est pas d’effectuer un seul jeu de rôle dans la soirée, mais bien six (dont trois seraient choisis par votre compagne et trois par vous, mais vous n’avez le droit qu’à un seul scénario avec fessée) ! Mais à moins d’avoir 20 ans ou de se shooter au viagra et aux amphétamines, cela me semble un tantinet exagéré pour une seule soirée (d’autant plus qu'elle conseille vivement de faire précéder la générale d'un bon repas et de bon vin)... ou alors, choisissez un samedi soir et passez l'après-midi au spa/hammam!

Pendant la fessée, surveillez avec attention les réactions de votre compagne. Gémit-elle ou reste-t-elle sans réaction ? Lève- t-elle le derrière pour venir chercher votre main ? Prend-elle un plaisir manifeste ?

Quelle que soit la manière dont a été vécue cette première fessée, n'oubliez pas le lendemain de la remercier pour ce moment récréatif qui vous aura procuré beaucoup de plaisir... et pourquoi ne pas lui offrir un bouquet de fleurs ? Rappellez-lui au passage combien elle était belle allongée sur vos genoux et combien vous étiez attendri en voyant ses douces fesses rosir…

Après ? Il vous faudra probablement encore pratiquer les jeux de rôles de pure fiction pendant quelques mois avant de vous lancer sur des scénarios plus proches du réel. Mais si la première expérience a été un pur plaisir pour votre compagne, il n'y a vraiment aucune raison que ce plaisir ne perdure, tant que vous saurez vous montrer aimants et attentifs.

Voilà, vous savez tout sur la méthode miracle de J. Omerta ! Je ne sais si elle fonctionne réellement mais elle ne me semble pas si stupide que ça. Dommage que cette dame n'ait pas développé une méthode pour les compagnons de celles qui aiment recevoir…

11 Comments

  1. Je serai curieuse de savoir s’il y en a parmi ces messieurs qui ont testé cette méthode, et si ça marche…

    Parce que si ça marche, il doit forcément y avoir aussi un moyen de faire aimer la fessée aux hommes… Peut-être faut-il créer un protocole expérimental… ?

  2. J’ai longtemps caressé ce rêve moi-même, mais j’ai fini par me rendre à l’évidence : la fessée est un fantasme que l’on a ou pas, et il me paraît impossible d’y “convertir” quelqu’un qui n’y est pas sensible à la base. Tout au plus, la personne acceptera de jouer vaguement le jeu pour nous faire plaisir, mais ça ne pourra jamais être vraiment satisfaisant.

    • Mais as-tu essayé cette méthode miracle ?

      • Pas vraiment de cette façon, non, mais j’ai déjà essayé d’initier une compagne a priori pas attirée, et à mon avis ça ne peut guère aller plus loin que quelques petites claques données à moitié en rigolant, et plus pour me faire plaisir que par véritable envie… Dans ces conditions, moi qui recherche avant tout l’aspect punitif et une partenaire de jeu qui y prendra autant de plaisir que moi, ça ne peut pas suffire à me satisfaire. Bien sûr, ce n’est qu’un avis et mon expérience personnelle, mais je suis très sceptique sur cette méthode.. 😉

  3. Eh bien moi, j’ai réussi à convaincre mon fiancé qui n’y était pas sensible à la base, de me la donner ! Comment ?
    Déjà, j’ai été honnête avec lui des le début de notre relation : je lui ai dis que j’avais un “coach” qui me mettait des limites et m’instaurait un cadre dans ma vie ; si ce cadre était dépassé, j’avais droit à une fessée. Ce ne fût vraiment pas simple au départ et nous avons eu plusieurs discussions (parfois embarrassantes pour moi car il ne comprenait pas que j’ai besoin d’un cadre dans ma vie et que je ne puisse pas me mettre et respecter mes propres limites seules) mais il s’est avéré curieux.
    Au fil du temps, à force de me voir partir chez mon fesseur toutes les deux semaines, il a commencé à en avoir marre de partager mes fesses avec quelqu’un d’autre et a décidé de devenir mon nouveau coach (cela a pris un an).
    Il a fallu une autre année pour qu’il apprenne à savoir donner correctement une fessée avec tout le rituel qui s’en accompagne. Depuis un an, son point faible est la constance : il va être sur mon dos pendant plusieurs semaines et me laisser faire n’importe quoi la semaine d’après. Les soucis du quotidien, la fatigue et tout simplement le fait de ne pas avoir envie de se prendre la tête avec moi en rentrant du boulot ont parfois raison de son rôle de fesseur. Du coup, il travaille en ce moment sur sa constance et sa sévérité. Néanmoins, il est ultra motivé et désireux d’apprendre ! Certains articles de ce site vont d’ailleurs beaucoup l’aider !
    En 3 ans de relation, lui qui n’avait jamais entendu parler de discipline domestique est devenu fesseur !

    Bon courage à vous !

  4. J’ai bel et bien essayé de convaincre la femme avec laquelle nous partageons notre vie. Sans l’avoir lu, j’ai à peu près suivi le protocole décris ci-dessus. Deux ou trois fois, le jeu s’est arrêté assez vite, dès que les claques ont prix un tout petit peu de consistance…. Tant qu’il s’agissait de caresses un peu appuyées tout allait bien…. Elle trouvait ça rigolo. Mais à la première claque j’ai eu droit à “Aie ! mais ça va pas non !!!”…. Inutile d’insister !

  5. Tout comme Little princess, j’ai amené mon homme dans mes fantasmes. C’est très loin de ses envies de départ et de sa vision première d’une femme. Mais par amour, on déplace des montagnes. Au fil du temps, il y a aussi pris un véritable plaisir même si je pense qu’il prenait sur lui au départ. Aujourd’hui, même si je suis beaucoup plus mordue que lui, je sais qu’il aime également puisque je ne suis pas toujours obligée de le provoquer pour obtenir ce dont j’ai besoin. Et je crois que c’est d’ailleurs la seule chose qui ne changera pas : pour lui c’est une envie et pour moi un véritable besoin.

  6. Je pense que cela doit être plus simple pour une femme d’amener son homme à la fesser que pour un homme amener sa femme à être fessée si cela ne fait pas partie de ses fantasmes…
    Mais comme Liberty je serais curieuse de savoir si certains y sont parvenus…

  7. Je pense exactement comme Hypérion!!
    J’ai tenté de convaincre ma cherie, de l’amener à ce fantasme mais ce n’est pas son truc, chacun son truc!!!

  8. A l’opposé, j’ai connu quelques dames qui n’ont pas réussi à convaincre leur homme de leur chauffer les fesses!
    L’ennui c’est qu’elles ne voulaient se faire corriger QUE par leur chéri….j’ai pourtant (galamment) offert mes services, en tout bien tout honneur (enfin, presque).

Leave a Reply